Véronique Maciejak / Parentalité-Education Positive

Emma, sa chambre, son bazar...


Le désordre, un peu, beaucoup...très fort !

 

MON PROBLEME : Vous l’aurez compris, je suis maniaque.

Emma, nettement moins. Son seuil de tolérance vis-à-vis du désordre est beaucoup plus élevé que le mien.

 

DETAILS DE LA SITUATION : dans les pièces communes, j’arrive à éviter le capharnaüm mais dans la chambre d’Emma c’est une autre histoire...Vêtements par terre, bibelots étalés au sol, bijoux partout et bureau sans dessus-dessous.

Au secours !!!!

Tour à tour, j’ai appliqué plusieurs méthodes pour tenter d’arranger les choses :

Méthode n°1 : je range tout. Ca va vite, rien ne dépasse et ça me soulage !

Est-ce la solution idéale ? : Non...Emma n’apprend rien, je fais à sa place et en plus  j’investis son espace d’intimité sans son accord.

Méthode n°2 : je ne fais rien, je ne dis rien.

Est-ce la solution idéale ? : Non...Je suis malheureuse, je m’arrache les cheveux quand je pénètre dans la chambre d’Emma. Au final, même elle ne s’y retrouve pas et quand elle veut ranger, elle ne sait plus par où commencer...

 

PARENTALITE POSITIVE : la parentalité positive nous incite à prendre du recul, à mieux observer les réactions de l'enfant et à tenter de comprendre le pourquoi du comment. 

Isabelle Filliozat dans son livre « J’ai tout essayé »* nous apprend que le désordre pour les enfants est finalement un ordre pour eux, ils s’y retrouvent davantage car tout est sorti et visible sous leurs yeux.

Ca me rassure un peu, ma fille se comporte donc comme un enfant normale et la situation doit donc être dédramatisée.

Néanmoins, si je n’apprends pas à Emma a être un minimum organisée maintenant, qu’en sera t-il dans 10 ans ?

Sa chambre est son espace d’intimité, certes, mais dois-je pour autant tout y autoriser ? Je suis amenée à aller dans sa chambre pour lui lire une histoire ou jouer avec elle et son désordre me dérange. Au final, je ne fais que le regarder et je ne suis pas concentrée sur mon activité.

Après toute ces tergiversations, je me suis dit que l’essentiel était avant tout d’en parler à Emma. Comme l’enseigne « La  Discipline Positive »* de Jane Nelsen, les solutions sont plus facilement appliquées si elles ont été trouvées en concertation.

 

MA SOLUTION : Au final, Emma m’a suggérée qu’elle pouvait ranger sa chambre quand elle n’avait pas école, à savoir : les mercredis, samedis et dimanches. Nous nous sommes ensuite mis d’accord sur le fait que sa chambre devait être rangée avant le diner du soir. 

J'ai également mis en place 3 règles obligatoires et applicables à TOUTE la famille tous les jours (bon j’avoue, Chloé qui 2 ans a encore dû mal, du coup je l’aide...En revanche Emma et son père sont tout à fait capables !)

- le lit doit être fait avant de venir prendre son petit-déjeuner (parce que sinon après c'est la course et on prétexte d'aller à l'école ou de devoir partir au travail pour ne pas le faire !)

- les vêtements sales doivent être mis dans une panière spécifique ( c'est une bonne technique pour être certain d'avoir ensuite des affaires propres. Après chacun fait ce qu'il veut...)

- les vêtements enlevés doivent être déposés sur une chaise (et non au sol) (pour éviter que tout le monde ne marche dessus, c'est un respect des objets)

 

En dehors des 3 jours définis par Emma et hormis les 3 règles de base, je n’ai rien à dire à ma fille concernant sa chambre et je dois accepter son désordre.

Cette solution, trouvée par Emma me convient (même si certains soirs, c'est dur !).

Je suis d’autant plus satisfaite que c’est elle qui l’a énoncée. Du coup, elle ne me prend pas pour une « dictatrice » et sait ce qu’elle a à faire d'elle-même, la solution lui paraît honnête et juste.

 

Bon, je vous rassure tout de suite, Emma ne range pas spontanément sa chambre les jours de non école. Je dois souvent lui rappeler  (d’un ton ferme et bienveillant, souvenez-vous....):

« Tiens nous sommes mercredi, il n’y a pas école,  c’est le jour du rangement ! Avant le dîner de ce soir, tu sais ce que tu dois faire ? ».

Et Emma avec un excès de zèle affligeant me répond : «  Oh merci maman de me le rappeler, un peu plus et j’allais oublier ! »...

 

* voir ma rubrique "Mes lectures" sur ce Blog


22/04/2013
1 Poster un commentaire