Véronique Maciejak / Parentalité-Education Positive

Mon Ecole Idéale


Mon Ecole idéale

L’Ecole est un sujet qui me préoccupe beaucoup et sur lequel je me questionne de plus en plus.  Chloé n’est pas encore concernée mais Emma va rentrer en CP l’année prochaine et c’est un véritable tsunami qui m’envahit actuellement...

Je vous propose de suivre ici mes premières réflexions sur le sujet.

 

Thème 1 : mon école idéale.

 Je m’interroge beaucoup sur l’Ecole publique d’aujourd’hui.

Avant d’être maman, je ne me posais pas vraiment de questions ; je suivais le mouvement sans même penser qu’il puisse exister d’alternative. Ayant suivi la formation pour devenir Professeur des Ecoles, je trouvais que les programmes étaient plutôt bien faits et je ne voyais pas plus loin.

Enseigner est une véritable vocation et je voue une véritable admiration pour les instructeurs. Sans remettre en cause leur motivation et leur implication que je sais sans limite, je me mets à penser doucement que leurs rôles pourraient être encore plus intéressants avec une Ecole « différente ».

A l’heure actuelle, j’en suis arrivée à la conclusion que l’Ecole publique d’aujourd’hui ne reflètent pas les valeurs que je souhaite transmettre à mes enfants.

Voici ce qui me déplaît :

- la compétition

- les punitions

- le conformisme

- les notes

- la pression

 

Mon idéal 

 

- J’aimerais que les enfants développent un esprit de coopération plutôt que celui de compétition.

L’idéal serait de faire travailler les enfants en groupe et que chacun aide l’autre dans ses matières de prédilection.

 

- J’aimerais qu’il n’y ait plus de système de punitions mais plutôt des recherches de solutions entre élèves. Si un enfant rencontre des difficultés, notamment dans son comportement, l’objectif serait de l’aider à s’améliorer plutôt que de l’isoler.

Je voudrais également que chaque enfant puisse être mis en valeur individuellement puis collectivement.

 

- Tous les élèves sont différents et c’est l’individualité de chacun qui est intéressante.

Les enfants devraient comprendre, dès leur plus jeune âge, que les différences sont une chance et une nouvelle opportunité de partager et d’échanger avec les autres.

Chacun devrait donc pouvoir arriver avec ses idées, sa façon de penser, de vivre ou encore de s’habiller sans être jugé.

Il en est de même pour la façon d’apprendre. Nous ne sommes pas tous pareils. Certains sont visuels, d’autres auditifs. Certains se concentrent rapidement, d’autres ont besoin de plus de temps...

Les méthodes d’apprentissages ne peuvent donc être les mêmes pour tous.

Il faut apprendre à connaître les élèves avant de pouvoir leur transmettre un savoir.

 

- Un élève qui a de bonnes notes est félicité. A contrario celui qui a échoué est critiqué.

Où est l’intérêt à part renforcer l’esprit de compétition ?

Les élèves finissent par apprendre dans le seul but "d'avoir des bonnes notes" et non pour le plaisir d'enrichir leurs savoirs.

Pour moi les notes devraient seulement permettre de mettre en évidence les notions incomprises d’une leçon. L’objectif serait ensuite de les retravailler d’une manière différente pour qu’elles soient mieux assimilées. Les élèves ayant obtenu de bonnes notes auraient pour mission d’expliquer aux autres leur façon de voir les choses.

 

- Aller à l’école devrait être une fête et non une source d’angoisse pour les enfants.

L’ambiance d’une classe devrait être détendue et sereine où le plaisir d’être ensemble et d’apprendre se ferait sentir. Ainsi, je bannirais les contrôles « surprises » ou le fait d’interroger des élèves qui ne se sentent pas encore prêts. J’organiserais des moments purement récréatifs réguliers pour encourager les enfants et faire que l’école soit toujours un lieu de joie.

 

A suivre ....Thème 2 : mes souvenirs d'écolières.


24/05/2013
17 Poster un commentaire