Véronique Maciejak / Parentalité-Education Positive

Comment passer des larmes aux rires

Ce soir, je suis rentrée un peu tard de ma formation en accompagnement parental (20H15).

Fatiguée, je n’avais qu’une envie : me glisser les pieds sous la table et aller me coucher. Quand j’ai ouvert la porte, je me suis dis que mon rêve allait peut être pouvoir être exaucé : le repas était prêt (bravo mon chéri) et tout le monde à proximité.

Oui mais voilà, j’ai aperçu Emma et j’ai tout de suite senti que mes plans allaient être à revoir.

Emma pleurait à chaudes larmes.

Tel une actrice dramaturge, elle hurlait son désespoir à haute voix.

L'origine de ce désarroi ? Elle voulait récupérer un dessin qu'elle avait envoyé à son arrière grand-mère la semaine passée (dessin qu'elle avait spécialement voulu faire pour elle).

Aïe, le problème était épineux car insolvable.

En effet, je ne souhaitais pas appeler l’aïeule pour lui dire « Bon, Emma t’a fait un dessin, tu as été super contente de le voir, tu l’as affiché chez toi, OK mais maintenant TU LE RENDS  et tu nous le renvoies par la Poste ! ».

Précisons que l’arrière grand-mère habite loin et nous voit peu ; ce dessin représentait donc beaucoup pour elle.

J'ai essayé d'écouter la peine d'Emma au mieux, c’était difficile d’autant qu’Emma n’était pas très réceptive et violente dans ses propos.

Je crois que cette histoire de dessin était la goutte d’eau qui avait fait déborder son vase émotionnel. Elle avait besoin de pleurer et de crier sa peine.  J’étais assez désemparée et même si je ne l’ai pas forcément comprise, je suis restée calme et présente à ses côtés. Ce n’était pas facile...

Les pleurs ont fini par cesser mais j’ai bien senti qu’il fallait proposer quelque chose d’amusant et d’étonnant pour apaiser les tensions.

J’ai commencé à dire :

- « Bon, moi je n’ai pas faim tout de suite alors je vais me prendre un bon bain chaud ! »

Chloé : Moi aussi, avec toi !!!! (les points d’exclamation sont là pour dénoter de l’enthousiasme de Chloé qui rappelons-le, venait juste de sortir de son propre bain...)

Emma : Moi aussi (on notera qu’il n’y a aucun point d’exclamation, l’entrain étant moins flagrant)

Moi : On va aller toutes les trois dans le bain pour se détendre et je vais essayer de demander à Papa de nous apporter le repas en même temps

Emma  (un large sourire sur le visage) : C’est vrai ? Non mais attend, je suis sûre qu’il va dire non.... (il est vrai que son père a un passif de rabat joie persistant)

Moi : si, si, je vais négocier, je suis sûre qu’il dira oui !  »

 

Nous sommes donc allées toutes les trois dans un bon bain chaud. Emma ne pleurait plus mais était encore assez « agressive » dans son attitude. Leur père a bien voulu me suivre et tel un serviteur est venu nous apporter notre repas. Au menu du soir : morceaux de poulet grillé, julienne de légumes et salade de tomates / mozarella. Nous avons mangé avec les mains (oui c’est plus sympa) et nous nous sommes amusées comme des folles devant le regard du papa, dépité mais satisfait de la bonne ambiance. Emma a rapidement retrouvé sa bonne humeur et sa complicité avec sa sœur. Les câlins fusaient et les éclats de rire étaient nombreux.

Emma a fini par dire : « Je suis heureuse, c’est l’une des plus belles journées de ma vie » en me serrant fort dans ses bras.

 

Ouf ! Comme quoi un peu d’écoute, un soupçon d’improvisation et une brassée de lâcher-prise saupoudrée d’idées saugrenues : ça fait du bien !

 

Allez sur ce, je suis vraiment fatiguée, je vais me coucher....



01/02/2014
3 Poster un commentaire