Véronique Maciejak / Parentalité-Education Positive

Je suis coquette mais... j'aime pas le shopping !

 

Etre une maman positive ce n'est pas tous les jours facile.

En ce moment, je connais une phase où j’ai dû mal à être ferme ET bienveillante en même temps.

Je me rends compte que je suis, sois ferme, sois bienveillante mais pas simultanément....Du coup, cela induit des comportements inappropriés de la part d’Emma que j’ai dû mal à canaliser.

Je prends du recul pour analyser la situation et le fait est là : je connais la théorie de la Discipline Positive (voir dans Mes lectures sur ce blog) mais je ne suis pas encore optimale dans ma pratique.

Pour preuve, une matinée de shopping...

 

Aujourd'hui, j’ai choisi d’emmener Emma faire du shopping. Le printemps est là et elle n’a aucun vêtement adéquat : pas de petit tee-shirt, de robes ou de pulls légers. J’ai donc choisi de mettre Chloé à la crèche pour passer une matinée de courses, tranquille avec Emma.

Oui mais voilà, Emma n’est pas tentée par le shopping.

Idéalement elle aimerait pouvoir choisir tous ses vêtements sur Internet et les essayer virtuellement.  

Cette solution n’est pas envisageable car les tailles sont différentes selon les vêtements et il est nécessaire qu’elle les essaie en amont.

Voici donc ma première contrariété du matin : entendre ma fille ronchonner pour aller faire du shopping....

ERREUR n°1 : elle m'agace !

Je ne peux pas m’empêcher de prendre sa remarque pour moi. Cela me vexe qu'elle n'apprécie pas faire du shopping avec moi et je m'énerve contre elle.

« Tu es vraiment casse–pied ! Je prévois cette matinée pour te faire plaisir et toi tu râles. Tu n’as aucun vêtement de printemps. Tu veux quoi ? Aller en col roulé à l’école sous 20 degrés ? Moi c’est pour être gentille que je t’emmène faire des courses. Alors on y  va et tu ne râles pas ! ». FERME

SOLUTION IDEALE : « Je sais que faire des courses peut te paraître long mais aujourd’hui on va juste t’acheter des vêtements. Pour plus de praticité et de rapidité, je te propose qu’on ne choisisse qu’un seul magasin. En plus on trouvera sûrement des petites robes que tu aimes tant ! ». FERME et BIENVEILLANTE

 

Arrivée au magasin, Emma commence par  se rendre dans un coin jeux réservé pour les enfants.

ERREUR n°2 : elle m'agace!!

Je pensais qu’elle resterait sagement à côté de moi à choisir ses vêtements, du coup je la rappelle à l'ordre : vite fait, bien fait.

« Emma !!!! Tu viens ici ?!  On est venu pour t’acheter des vêtements, tu fais quoi là ? Tu n’es pas très sympa ! ». FERME

SOLUTION IDEALE : « Ah oui super il y a des jeux ! Ecoute, on choisit vite ensemble les vêtements qui pourrait te plaire, on va les essayer et dès que c’est fini tu pourras aller jouer pendant que je patiente à la caisse pour payer». FERME et BIENVEILLANTE

 

Dans le magasin, Emma tourne sans rien faire pendant que je choisis d’éventuels vêtements qui pourrait lui correspondre. Quand enfin, je lui montre ma sélection, voici ses réponses : « J’aime pas...hum..J’aime pas...hum J’aime pas et....j'aime pas ! ».

Autant vous dire que l’énervement commence à grandir en moi...

ERREUR n°3 : elle m’agace!!! Encore une fois, le ton monte et je ne peux m'empêcher d'être désagréable et d'hausser le ton.

« Bon, là tu te fiches de moi ? Tu me fais perdre mon temps. Tu veux continuer à mettre des cols roulés et avoir trop chaud ? Je te le rappelle, je suis là pour toi. Alors maintenant tu arrêtes de tourner en rond et tu cherches toi-même des vêtements qui pourraient te plaire ! Et vite ! »

SOLUTION IDEALE : « Ah ben zut alors ! Visiblement je ne suis pas très douée pour trouver des vêtements qui te plaisent. Tu sais ce qui serait le mieux ? Il faudrait que tu me montres les vêtements que tu aimes, je regarde si la taille existe et si le prix est abordable et ensuite on va les essayer. Tiens, on va commencer ensemble par regarder ce rayon ». FERME ET BIENVEILLANTE

 

Au final, nous avons acheté différents vêtements (surtout des robes...) et Emma a pu jouer aux jeux proposés dans le magasin. Le soir, elle était toute fière de montrer ses nouveaux achats à son père.

 

Conclusion : de mon côté, je regrette de m’être tant énervée car cela m'a gâché, non seulement ma matinée mais par extension toute ma journée car je ne cessais de ruminer.

Je n’ai pas pris le temps d’analyser la situation, je prenais tout pour moi et ma colère ne cessait d’augmenter....

Je pensais sans cesse « Mais pourquoi réagit-elle comme ça ? Je m’occupe d’elle là, pourquoi n’est-elle pas contente ? »

Alors qu’Emma est juste une enfant de 5 ans qui adore les vêtements mais qui n’aime pas les acheter, point barre.

La prochaine fois je ferais plus attention à ma façon de communiquer et j’arrêterais de prendre les choses de manière trop personnelle....



18/04/2013
7 Poster un commentaire