Véronique Maciejak / Parentalité-Education Positive

Les nuits agitées de Chloé

                                             photo-83.JPG

 

 

Jeudi 12 Septembre 2013

 

Bonjour, je m’appelle Chloé et j’ai 2 ans ½.

Je suis une vraie coquine et j’adore faire des bêtises.

J’amuse beaucoup ma sœur avec mes facéties surtout quand j’étale la nourriture sur mon visage, que j’enlève mes couches à l’improviste ou encore que je dessine partout sur mon corps avec des feutres !

Mes parents, ils sont plutôt cools et ils ne disent trop rien. Je crois qu’ils ont pris le parti de rire de la situation.

Mais là, il y a un truc qui ne les fait plus rire du tout : ce sont mes réveils nocturnes.

 

En fait, je crois que je n’ai jamais vraiment bien dormi. Quand j’étais petite, j’ai souvent été malade (varicelle à 3 semaines, pneumonie à 6 mois, otites à répétition...) et mes parents ont été très présents pour moi, notamment la nuit. Du coup, je ne sais pas si c’est pour ça mais encore maintenant je crois que j’ai toujours besoin d’eux, surtout le soir.

Et encore j’ai fait beaucoup de progrès.

Il y a quelques mois, je pleurais avant de dormir et je peinais à me mettre au lit. Mes parents ont vraiment été chouettes et très patients. Ils se relayaient, prenaient beaucoup de temps avec moi, patientaient...Papa, il était plus serein que Maman alors c’est souvent lui qui me couchait. Je me demande si parfois, je n’abusais pas un peu de la situation...Je réclamais : « Encore une histoire, juste une ! » mais en fait je n’étais jamais satisfaite.

Ma grande sœur aussi a été super sympa. Elle a sa chambre juste à côté de la mienne alors forcément, quand je pleure ou quand je crie, elle m’entend. Et bien elle ne dit jamais rien. Elle patiente elle aussi. Je crois que c’est surtout pour elle que j’ai commencé à faire des efforts. J’ai bien compris qu’elle était fatiguée et que mes couchers tardifs la retardaient dans son sommeil.

Alors maintenant, plus de jérémiades,  je me couche facilement.

Enfin, entendons nous bien, il me faut quand même certaines conditions. Tout d’abord, je veux une histoire, au minimum. Avec Maman j’arrive souvent à en avoir deux et avec Papa c’est encore mieux puisque je peux aller jusqu’à 3. Il suffit juste que je dise « Non, encore ! » et c’est gagné ! Je n’ai même pas besoin de pleurer. Il est trop fort ce Papa. Après l’histoire, j’ai besoin de jouer. Avec Maman, on joue à Aglaé l’araignée. Aglaé adore se cacher sous mon pyjama et ça, ça me fait beaucoup rire. Bon je vous rassure, Aglaé ce n’est pas une vraie araignée, c’est Maman qui fait semblant en bougeant ses doigts. Avec Papa, je vais préfère jouer à la bagarre ou au chevalier mais Maman elle dit que ça m’excite trop, alors souvent elle vient nous dire d’arrêter. Pour finir, j’aime bien qu’on me chante une berceuse. Maman, elle n’est pas très forte pour retenir les paroles des chansons alors souvent elle en invente. Moi j’adore quand elle me fredonne : « Fais dodo, mon bébé d’amour, fais dodo mon bébé toujours ». Quand la berceuse est finie, je me couche et sans me relever en plus ! Je ne pleure plus et j’arrête de crier.

Non franchement, y’à pas à dire, j’ai beaucoup progressé.

La nuit en revanche, j’avoue, je régresse. Cet été je ne me réveillais plus qu’une seule fois, en général vers 2h du matin.  Je venais tout doucement dans la chambre de mes parents pour leur faire un câlin. Ils m’acceptaient toujours, me laissaient une place entre eux et une fois que je m’étais rendormie ils me ramenaient dans mon lit. J’aimais bien ce moment et je crois qu’eux aussi. Je sentais leur souffle chaud sur mon corps, je pouvais les toucher et eux m’entouraient de leurs bras affectueux et me couvraient de baisers. C’était vraiment chouette. Ca ne durait pas longtemps mais ça me regonflait à bloc et je pouvais terminer ma nuit tranquille. On avait tous fini par prendre le rythme de ce rendez-vous nocturne.

Mais, je ne sais pas pourquoi, depuis quelques semaines ça ne me suffit plus, j’ai besoin d’encore plus d’attention la nuit. Et puis j’en ai marre d’aller dans la chambre de mes parents, je préfère qu’ils viennent me chercher.  Alors j’ai trouvé une super technique : je crie.  Ca marche du tonnerre ! Maman vient tout de suite parce qu’elle a trop peur que je réveille ma sœur. Quand elle arrive, je lui dis que je veux aller dans son lit ou alors que j’ai faim.

Cette nuit, je sens que je suis allée un peu trop loin. Je me suis réveillée à 2h, 3h, 4h pour finalement me lever à 6h30.

A 2h, Maman est venue. Je voulais qu’elle m’emmène dans son lit mais elle a refusé. Elle m’a dit qu’elle était vraiment fatiguée, qu’elle était d’accord pour me faire un câlin mais pas pour faire des allers-retours incessants entre sa chambre et la mienne. 

A 3h, j’ai encore crié : j’avais faim. C’est encore Maman qui est apparue mais là elle n’était pas contente du tout ! Au départ elle n’a pas voulu me donner à manger mais comme j’ai hurlé vraiment fort, elle a craqué. Après elle m’a dit de boire tranquillement dans mon lit et de ne plus l’appeler. Quand j’ai fini mon lait, je ne sais pas pourquoi mais j’ai eu envie de le dire alors j’ai encore crié, mais un peu moins fort cette fois-ci : « Maman, j’ai fini mon lait ! Maman, j’ai fini mon lait ! ...». J’ai crié jusqu’à ce que Maman vienne et là elle était encore plus en colère qu’avant. Je lui ai promis de ne plus la réveiller mais...j’ai menti.

A 4h, j’avais encore envie d’un câlin. Comme je sentais qu’il fallait que j’arrête de crier, je suis allée voir Maman directement dans son lit et là, je crois que je l’ai vraiment agacée. Elle m’a dit que ça ne pouvait plus continuer, qu’elle était vraiment fatiguée, qu’il fallait arrêter. Alors, moi, je me suis retournée vers Papa parce que Papa je le trouve plus indulgent que maman. Mais sur cette fois-ci, je me suis trompée. Il s’est levé, m’a prise par la main et m’a ramenée dans ma chambre. Il a pris sa grosse voix pour me dire qu’il  n’était pas content du tout.

Et ce matin j’ai bien senti que quelque chose n’allait pas. Quand j’ai demandé à maman : « Ca va maman ? », elle ne m’a pas répondu positivement comme chaque matin. Elle m’a jeté un regard noir et m’a dit : « Non, je suis fatiguée ! ».

Après, elle est venue discuter avec moi en me suppliant de ne plus me lever la nuit, de ne plus crier parce que là franchement, elle n’en pouvait plus. Elle m’a dit que j’avais le droit de l’appeler mais pour des trucs importants comme un énorme cauchemar ou une couche qui déborde.

Et puis je l’ai entendu dire à papa une phrase du genre : « Là les besoins de Chloé interfèrent avec les miens, il faut trouver une solution, je suis vraiment épuisée ». En plus, ma maman, je crois qu’elle a le sommeil fragile et ça fait plusieurs nuits qu’elle est tellement angoissée par mes réveils qu’elle n’arrive plus à dormir du tout. C’est vrai qu’elle a des petits yeux depuis quelques jours et puis je la sens moins patiente en journée.

Je crois qu’il va vraiment falloir que je fasse des efforts. Mais ce n’est pas facile, moi je ne fais pas exprès, je suis comme ça, j’ai besoin de mes parents alors quand je veux les voir, je les appelle, je ne réfléchis pas forcément aux conséquences.  

Allez promis, maintenant que j’ai 2 ans ½, je suis sûre que je peux faire des efforts...enfin...je vais essayer.

 

Vendredi 13 septembre 2013

 

Bon ben ça y est, j’ai réussi. J’ai dormi toute la nuit sans réveiller mes parents une seule fois. Et en plus ce matin, je me suis levée à 7h !

Alors, qu’est-ce que vous dites de ça ?

En fait hier soir, Maman est venue me coucher et elle m’a prise très longtemps dans ses bras. Elle m’a caressé le visage et m’a dit qu’elle était vraiment fatiguée. Elle m’a demandé d’essayer de ne plus la réveiller la nuit pour la laisser se reposer. Elle m’a regardé avec ses grands yeux tristes et du coup ça m’a touchée. Alors, j’ai pris sur moi et durant la nuit, je ne l’ai pas appelée, je n’ai pas demandé un biberon et je n’ai pas crié. A un moment j’étais réveillée et j’ai voulu aller la voir. Mais je me suis rappelée de ce qu’elle m’avait demandé et je suis restée dans mon lit. J’ai un peu chanté, mais vraiment pas fort, puis je me suis rendormie, toute seule.

Ce matin, j’étais fière car Maman n’avait pas l’air fatiguée du tout. Et puis elle est venue me féliciter et me dire que c’était vraiment chouette ce que j’avais fait. Du coup je me dis que je vais essayer de continuer comme ça. Au fond, ce n’était pas si difficile.

Bon, je ne dis pas que je vais réussir tout le temps mais je vais essayer de poursuivre mes efforts. Parce que je l’aime fort, fort, fort ...ma maman.

 



13/09/2013
4 Poster un commentaire