Véronique Maciejak / Parentalité-Education Positive

"Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent"

 

 

                                                                    images-13.jpeg

 

 

« Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » - Adèle Faber et Elaine Mazlish – paru aux Editions du Phare (2012)  / site Internet : Editions du Phare

 

Les fameux livres Faber et Mazlish...

Depuis le temps que j’en entendais parler, c’eut été un comble que je ne les lise pas. En tant que maman cheminant sur le chemin de la Parentalité Positive et ayant l’envie de m’y investir professionnellement, j’avais dans l’obligation de me procurer ses ouvrages au plus vite tant ils sont une référence en la matière. « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » est livre le plus connu de ses deux auteures et c’est donc tout naturellement par lui que j’ai commencé (suivront prochainement sur mon Blog «Parler pour que les enfants apprennent à la maison et à l’école » et « Frères et sœurs sans rivalités »).

Heureusement que j’avais entendu parler de cet ouvrage sans quoi je ne pense pas avoir eu l’idée de me le procurer. D’emblée le titre ne m’a pas séduit : trop long et peu explicite à mon goût. Cela aurait été bien dommage car ce livre est...un délice.

La première phrase du chapitre 1 m’a tout de suite plu, je cite : « J’étais une mère merveilleuse avant d’avoir des enfants ». Le ton du livre est donc donné : les auteures sont des mamans imparfaites qui avaient, comme la plupart d’entre nous, plein de beaux principes ayant fini par voler en éclats. Elles se sont ensuite remises en question et ont fini par trouver des méthodes pour devenir moins imparfaites, méthodes qu’elles ont choisi de développer en six chapitres distincts :

1- Aider les enfants aux prises avec leurs sentiments

2 - Susciter la coopération

3 - Remplacer la Punition

4 - Encourager l’autonomie

5 - Utiliser les compliments

6 - Aider les enfants à se dégager des rôles qui les empêchent de s’épanouir

Les chapitres sont tous organisés de la même manière tel un cours à l’école. Une première partie vous explique la théorie, des exemples suivent pour mieux comprendre, viennent ensuite les exercices pour s’essayer à cette démarche. Une fiche récapitulative vous permet de retenir l’essentiel de la leçon et enfin, petite cerise sur le gâteau, des dessins de mises en situation vous sont proposés pour vous rendre le cours plus attrayant. Ah et puis n’oubliez pas le devoir maison à rendre (si, si !). Ce livre est véritablement organisé de manière très « scolaire » tel un manuel pour apprendre à mieux communiquer avec ses enfants. Vous serez ainsi très « cadré » dans votre démarche (peut être trop...).

 

Ce livre défend exactement les mêmes principes que « ma bible » à savoir « La Discipline Positive » de Jane Nelsen. D’ailleurs Alfred Dreikurs (l’un des précurseurs de la Discipline Positive) est cité dans cet ouvrage. Les différences se font essentiellement ressentir sur la forme. Adèle Faber et Elaine Mazlish livrent beaucoup plus d’exemples concrets et de témoignages de parents. Elles donnent également des façons de communiquer « clef en mains » avec des débuts de phrases toutes faites selon les situations.

J’ai envie de comparer les deux ouvrages à un puzzle. Alors que Jane Nelsen va plutôt donner toutes les pièces du jeu aux parents en donnant des conseils pour le débuter, Adèle Faber et Elaine Mazlish vont quant à elles, non seulement donner les pièces mais réaliser aussi une partie du puzzle.

Ces deux ouvrages axent également parfois leurs priorités sur différents points. Alors qu’Adèle Faber et Elaine Mazlish prennent un soin particulier à accueillir les sentiments de l’enfant, Jane Nelsen va davantage s’attarder sur notre personnalité qui affecte celle de nos enfants. Jane Nelsen va également développer tout un chapitre sur l’impact du rang de naissance dans la fratrie alors que les relations entre frères et sœurs ne sont nullement évoquées dans « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent ».

La Parentalité Positive repose essentiellement sur notre façon de communiquer avec nos enfants, il s’agit véritablement d’apprendre une nouvelle langue. Pour entreprendre une telle démarche vous allez pouvoir vous procurer différents ouvrages sur le sujet dans lesquels vous bénéficierez de méthodes de travail uniques.  A vous de trouver la méthode qui vous convient le mieux. « La Discipline Positive » de Jane Nelsen et « Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » d’Adèle Faber et Elaine Mazlish sont deux approches efficaces et pertinentes. Mon conseil ? lisez les deux et inscrivez-vous ensuite aux ateliers de parents de celle qui vous convient le mieux pour approfondir votre apprentissage.

Conclusion : ce livre est à lire (voilà un bon résumé !). Il me semble être un guide indispensable pour tout parent qui se pose des questions (et qui ne s’en pose pas...).

Néanmoins, attention, pour moi ce livre ne peut se lire de manière dilettante, il demande un certain investissement personnel. Pour en profiter de manière optimale, il est nécessaire de suivre les conseils des auteures notamment en faisant les devoirs maison ou en collant des post-it sur votre réfrigérateur avec les phrases mémos à retenir.

Le petit + du livre : cette nouvelle réédition s’est enrichie d’un épilogue écrit par Joanna Faber, fille d’Adèle. Elle témoigne ainsi de son vécu d’enfant mais aussi de son statut de mère actuelle. Son point de vue est primordial puisqu’il pourrait être celui de nos enfants avec qui nous essayons de communiquer différemment. Que fait-elle aujourd’hui ? De l’accompagnement de parents. Comme quoi rien ne se perd, rien ne se créé : tout se transforme !

 

Un mot sur ...Adèle FABER et Elaine MAZLISCH : l’aventure de ces deux américaines, mères de trois enfants (et grand-mères actuellement), diplômées dans le secteur de l’éducation a véritablement commencé par leur rencontre avec le psychologue Haim Ginott (décédé en 1973). Convaincu par celui qui les a initiées à de nouvelles façons de communiquer avec les enfants elles ont commencé par écrire un premier ouvrage « Parents épanouis, enfants épanouis » avant de parcourir les Etats-Unis pour animer des ateliers destinés aux parents et aux adolescents. Elles finiront par écrire « Parler aux enfants pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent » devant la demande persistante de parents avides d’un ouvrage plus concret. Le titre original "How to talk so kids will listen and Listen so kids will talk" a été publié en anglais en 1980 avant d'être réédité à plusieurs reprises.

 



30/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi