Véronique Maciejak / Parentalité-Education Positive

Tic ? Tac...Toc ?

MON PROBLEME : depuis l’âge de ses 3 ans, Emma a développé différentes manies. Certains tics ont duré quelques semaines voire quelques mois et d’autres perdurent toujours.

En voici quelques uns :

1 - elle se ronge les ongles des mains et des pieds (depuis mars 2011)

2 - elle ne peut porter que des chaussettes longues (voir « Emma a des soucis de chaussettes» dans la rubrique Mes problèmes de maman) (depuis octobre 2012)

3 - si quelqu’un lui dit « Es-tu allée faire pipi ? », cela lui donne forcément envie d’aller aux toilettes même si elle vient juste d’y aller. Elle ne supporte pas qu’on lui dise cette phrase et est très contrariée ! (depuis octobre 2012)

 

PARENTALITE POSITIVE : la parentalité positive nous incite à prendre du recul, à mieux observer les réactions de l'enfant et à tenter de comprendre le pourquoi du comment. 

Emma est une petite fille très vive et qui paraît toujours sûre d’elle. Très bavarde, elle n’a pas peur d’aller vers les autres et de se mettre en scène. Mais au-delà de cette image se cache aussi une petite fille très anxieuse...

Comme quoi les apparences sont parfois trompeuses.

Chacun de ses tics est apparu après un événement « marquant » (la naissance de sa sœur / une hospitalisation difficile...).

 

MES SOLUTIONS :

- J’essaie de comprendre l’origine des tics pour rassurer Emma sur le « vrai » problème de fond

- Je discute beaucoup avec Emma au quotidien pour exorciser au maximum ses peurs

- Je ne me moque jamais d’elle, je ne m’énerve pas et ne lui demande pas d’arrêter ses manies (même si parfois c’est dur à supporter...)

- Je « limite » certaines manies avant qu’elles ne prennent trop de place. Ainsi, par exemple, je lui ai demandé de ne pas se ronger les ongles devant moi

- J’essaie de « m’adapter » aux manies et de simplifier les choses pour Emma (et à fortiori pour moi).

Je ne lui demande donc pas : « Es-tu allée faire pipi ? » mais plutôt « Es-tu allée aux toilettes ? » / pour les chaussettes, je lui achète des jambières.

- Je surveille ses tics pour vérifier qu’ils ne prennent pas plus d’ampleur avec le temps. Si cela était le cas, je n’hésiterais pas à consulter un spécialiste (pédopsychiatre ou autre).

- Je prends du recul....et dédramatise ! Emma reste une petite fille très épanouie qui ne semble pas souffrir de ses tics. Elle les assume et cela n’interfére pas dans sa vie familiale ou scolaire.



30/04/2013
4 Poster un commentaire